Aliments Biologiques versus OGM : Un point tournant

Faucheur d.OGM, Photo de Yann Forget (1) / wikimedia
Faucheur d’OGM, Photo de Yann Forget (1) / wikimedia

Les produits bio sont plein essor :
les agriculteurs US sont obligés d’importer des produits biologiques
pour répondre à la demande d’aliments sans OGM. (2)

***

En raison des subventions gouvernementales énormes distribuées précédemment aux agriculteurs pour cultiver des OGM, les producteurs et transformateurs américains d’aliments sont aujourd’hui pris au dépourvu par une demande croissante, qui se généralise, pour des aliments sans OGM et de culture biologique. Cela prend une tournure ironique en provoquant une hausse substantielle des importations de cultures biologiques en provenance des pays qui sont en grande partie exempts de la bio-ingénierie.

Bloomberg News a récemment rapporté que :

«La plupart des expéditions [BIO] de maïs et de soja servent de nourriture pour la volaille et les bovins afin qu’ils puissent être certifiés en BIO selon les règles du Département US de l’Agriculture. Les producteurs bio de volaille et de produits laitiers BIO fuient l’alimentation à base de semences en provenance de Monsanto & Co. et d’autres fournisseurs nationaux. Ils favorisent les produits étrangers même si les États-Unis demeurent n°1 mondial pour la production de maïs et de soja.Par conséquent, les importations US de maïs roumain ont atteint $11,6 millions en 2014 contre $545 000 l’année précédente et les importations de soja en provenance d’Inde ont plus que doublé pour atteindre $73,8 millions.»

Depuis d’innombrables années que le public vote, par ses achats, en défaveur des OGM et des toxines associées, l’impact est maintenant mesurable à tous les niveaux de la chaîne d’approvisionnement. Au sommet, Monsanto subit une perte financière continue, des chaînes leader comme Whole Foods sont obligées d’exclure les OGM et les fabricants réticents à faire le pas vers le free GMO (sans OGM) perdent instantanément des parts de marché.Un rapide coup d’œil sur les tendances permet de confirmer que la vigueur soutenue de la croissance des ventes d’aliments biologiques est réelle :

Dépenses des Américains pour des aliments biologiques

Année Mds US $
2011 29,20
2012 31,50
2013 35,00
2014 39,10

Il semble que l’expérience US des OGM fait face à de sérieuses difficultés en ayant échoué socialement, financièrement et sur le plan médical. Les agriculteurs conscients de ces évidences suivent la nouvelle ruée vers l’or BIO et sans OGM et se convertissent pour répondre rapidement à la demande.Le département américain de l’Agriculture (USDA) a récemment annoncé une subvention $66,5 millions, dont une partie soutiendra la recherche au sein de l’OERI (Organic Agriculture Research and Extension Initiative) [Initiative pour la recherche et le développement de l’agriculture biologique]. Un des objectifs de l’OREI est d’identifier les contraintes politiques et de marketing pour le développement de l’agriculture biologique. Selon Nathaniel Lewis, spécialiste expérimenté en culture et élevage à l’Association du commerce bio (Organic Trade Association (OTA) :

«Les subventions à l’OREI aideront également à financer la recherche sur les méthodes de contrôle des mauvaises herbes, ce qui est crucial. Les mauvaises herbes sont le principal obstacle pour les agriculteurs en conversion vers l’agriculture biologique d’un point de vue culturel et technique.»

Peut-être l’USDA (département US de l’Agriculture), dans sa recherche pour identifier les contraintes politiques et de marketing devrait-il passer en revue ses propres employés scientifiques et responsables de politique [agricole] qui ont été attaqués, censurés et menacés par l’industrie des biotechnologies pour avoir tenté de diffuser de l’information sur les dangers des aliments OGM et des toxines associées.

Liens connexes :
http://www.desmoinesregister.com/story/money/agriculture/2015/04/18/non-gmo-farming/25951693/

Traduit par Evanis, relu par jj pour le Saker Francophone
COPYRIGHT NOTICE – licensed by Saker Analytics, LLC under the Creative Commons CC-BY-SA 4.0 International license (creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0). For permission to re-publish or otherwise use non-original or non-licensed content, please consult the respective source of the content.

***

Informations supplémentaires

En mars 2015, le Centre international de recherche sur le cancer de l’Organisation mondiale de la santé classait le Roundup de Monsanto, l’herbicide le plus vendu au monde et indissociable de la culture des OGM, comme « probablement cancérogène ». (3)

Des chercheurs français (dont le professeur Gilles-Éric Séralini) ont étudié secrètement, pendant deux ans, 200 rats nourris au maïs transgénique. Tumeurs, pathologies lourdes… une hécatombe. Et une bombe pour l’industrie OGM. (4)

 OGM, le moment de vérité ?

Ce film de 13 minutes est centré sur l’étude du Criigen. Elle présente les conditions dans lesquelles s’est réalisée cette étude à partir du moment où Monsanto n’acceptait pas que soit menée une étude indépendante avec ses semences. Cette étude a été conduite de manière secrète, mais en garantissant toutes les conditions de bonnes pratiques de laboratoire. Le Professeur Gilles-Éric Seralini et le docteur Joel Spiroux expliquent pourquoi cette étude est une première. Elle a été bien plus loin que toutes les autres études en matière de durée (deux ans au lieu de trois mois au maximum). On découvre la méthode et les résultats qui apparaissent flagrants sur les croquis. Une mortalité six fois supérieure avec la nourriture transgénique mais aussi avec le Roundup seul. On voit de manière flagrante les nombreuses tumeurs affectant les rats. Les images sont choquantes. Il est demandé que ces études soient refaites, réalisées sur tous les OGM déjà homologués. caractères gras ajoutés

Publié le 19 Sep, 2012

Deux ans après sa première publication, ensuite censurée, l’étude est republiée en accès libre avec ses données brutes par le groupe Springer. Restent désormais des questions embarrassantes pour les autorités. (5)

Oui à la biodiversité, non aux OGM!

Greens EFA –Creative Commons Attribution license (reuse allowed)

On veut des bons gros légumes sans OGM

AlerteOgmQuebec Creative Commons Attribution license (reuse allowed)

Faucheurs OGM et plantes mutées

22/04/2015 Creative Commons Attribution license (reuse allowed)

 À propos du livre de William Engdahl – OGM Semences de destruction : L’arme de la faim

 OGM Semences de destruction : L’arme de la faim

Posté par David Naulin
cdurable.info
10 octobre 2008

Ce livre montre comment une petite élite américaine tente de contrôler les bases même de la survie de l’humanité : le pain quotidien. « Contrôlez l’alimentation, et vous contrôlerez les peuples » déclarait Kissinger au milieu des années soixante-dix. C’est ce qui est en train d’être fait.

Au-delà des controverses scientifiques sur leurs bienfaits ou leurs dangers, William Engdahl [2] retrace la saga du projet malthusien qui guide la diffusion et la prolifération des OGM, à coups de pressions politiques, de fraudes, de mensonges. Le groupe à l’œuvre derrière le projet OGM est à une ou deux décennies de la domination totale des capacités nourricières de la planète.

« Semences de destruction » mène le lecteur aucœur du pouvoir américain, dans les laboratoires secrets où sont expérimentées les manipulations génétiques, derrière le portes soigneusement interdites des grandes multinationales comme Monsanto, aussi puissantes que celles qui exploitent le pétrole. Il montre que la volonté de pouvoir sur l’alimentation des peuples, conçue à la fin des années trente, est la dernière carte del’empire américain en danger de perdre son leadership. Si ce livre se lit comme un roman noir, c’est qu’il en est un.

La Confédération paysanne, qui lutte pour une agriculture respectueuse de l’environnement, s’engage derrière ce livre. C’est donc naturellement José Bové qui signe la préface de son édition française.

Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. – Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1793 – Article 35

Préface de José Bové

Dans Pétrole, une guerre d’un siècle, Engdahl dénonçait déjà la main mise des acteurs américains sur cette énergie fossile qu’est le pétrole. Avec OGM : Semences de destruction, l’arme de la faim, ne risque-t-il pas d’être accusé de conspirationnisme ?

Pourtant, ceux-là mêmes qui crient au complot avec la détermination de caste qui les unit, s’emploient à développer une multitude d’applications qui n’ont pour objectif que le rendement financier à court terme. Ce sont les mêmes qui, développant à marche accélérée et pour leur seul profit les innovations issues de recherches fondamentales, répandent, au détriment des peuples et pour mieux les exploiter, des produits dont les conséquences se révèlent désastreuses.

Aux OGM végétaux succèderont bientôt les OGM animaux, voire d’autres encore, déjà prêts dans les tiroirs de la recherche. À l’exemple des plantes mutagènes sélectionnées à l’aide de marqueurs assistés, ou des pesticides et engrais chimiques de synthèse remplacés par des produits soi disant phytosanitaires, au prétexte de mieux protéger les plantes. Et que dire des biocarburants qui n’ont de bio que le préfixe ? Ces agrocarburants dévorent les surfaces agricoles à vocation alimentaire sans régler les problèmes énergétiques auxquels nous sommes confrontés.

Est-ce entretenir la théorie du complot que de dénoncer l’abus, à notre porte, de l’usage des nanotechnologies au détriment, tout simplement, de la science et de ses bienfaits ?

Elle pourrait être encore longue la liste des produits brevetés de cette puissante techno-science !

Non, avec William Engdahl, il ne s’agit pas de théorie du complot, ni de paranoïa anti-américaine, mais de l’éclairage méthodique et argumenté de choix politiques parfois anciens, fondés sur une conception du monde qui nie le vivre ensemble tout en prévoyant les affrontements qui peuvent en résulter. Face aux conséquences humaines et sociales désastreuses de ces choix, nos sociétés civiles ont besoin de comprendre les logiques de ces projets qui les dépouillent de leur patrimoine.

Nous ignorons trop souvent le rôle récurrent de certaines fondations privées américaines richissimes, ces fameux lobbies qui, intervenant au milieu des affrontements politiques et économiques, pilotent ou favorisent à leur gré des groupes de pression sociopolitiques et économiques.

Dans cet ouvrage, William Engdahl nous fournit une brillante perspective historique de ces logiques qui tendent à dominer nos existences. Au fil de la lecture, ceux qui, en France et en Europe, se sont opposés depuis les années 1995 à la mainmise de ces lobbies sur le vivant et l’alimentation par le biais des plantes pesticides brevetées (les OGM), se sentiront confortés dans leur démarche : des premières dénonciations aux actions de désobéissance civique, les choix de leur forme d’action s’en trouvent légitimés.

Pour la Confédération paysanne, co-éditrice de cet ouvrage, le parcours est cohérent, qui mène de Saint-Georges d’Espéranche, première action contre un essai de plantation de colza en juin 1997, à la clause de sauvegarde de février 2008 interdisant le maïs OGM Mon810.

Dès 1995-96, la Confédération s’empare de la question des OGM, où la place que tient le brevet au sein de cette nouvelle technologie végétale l’intrigue considérablement.

Depuis, combien de combats menés ! Pour preuve, pas moins de cent cinquante articles ou éditoriaux sont publiés sur le sujet par sa revue Campagnes solidaires.

Sans l’action de Nérac (Lot-et-Garonne), en janvier 1998, le maïs serait OGM partout en France et l’on n’en parlerait plus. Aujourd’hui, si l’on ne cultive pas de colza OGM en France, c’est que de Saint-Georges d’Espéranche (Isère) à Gaudiès (Ariège), les luttes menées ont imposé un moratoire de fait sur cette plante dont la culture délicate, mal menée, peut entraîner des dégâts économiques et environnementaux encore plus importants que celle du maïs.

Sans l’intervention au Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) de Montpellier en 1999, le riz serait passé des serres de la recherche publique aux rizières de Camargue. Au cours de cet épisode, la voix des professionnels de la recherche avait montré que la technologie OGM ne faisait pas l’unanimité en son sein.

Au jour le jour, l’approfondissement de l’expertise paysanne militante sur les questions sanitaires, environnementales et économiques a permis d’entretenir et d’enrichir la vigilance du début.

Jusqu’en 2003, la Confédération paysanne a organisé la montée en puissance de la résistance aux essais et aux quelques tentatives de cultures illégales. Cette période a permis d’imposer ces questions dans le débat public. Les rapports, les conférences citoyennes se sont succédé sans évolution notable de la position du gouvernement malgré les recommandations de « prudence » émises par son Comité des quatre sages. C’est alors que, pour préserver le syndicat de plus en plus exposé, la société civile solidaire créa le Mouvement des Faucheurs volontaires ; puis, à partir de l’été 2004, face à la carence des gouvernants, c’est au nom de l’état de nécessité que furent menées les actions de désobéissance civile de fauchage sur les parcelles OGM.

Les procès qui s’ensuivirent amplifièrent le débat par le biais de tribunes dont le véritable objectif était de revendiquer la responsabilité individuelle et collective de ces actions. Plusieurs relaxes furent obtenues (Orléans, Versailles, Chartres). Ces tribunes et ces actions communes bâtirent progressivement la revendication collective de moratoire sur les OGM. La campagne pour « Le droit et la liberté de produire et consommer sans OGM » ne cessera d’imposer le débat dans l’espace public oppositionnel français et européen.

Imposé en 2008, le moratoire sur la culture du maïs Mon810 est le résultat d’un long combat. Initié en 2006 à l’occasion d’un débat législatif, il se prolonge par un premier jeûne pendant la campagne présidentielle de 2007 ; puis par l’organisation en octobre de la même année d’une marche depuis Chartres jusqu’à Paris et d’une seconde grève de la faim en janvier 2008.

La souveraineté alimentaire des nations étant désormais menacée, il s’agit de défendre, avec les ONG environnementales et la société civile, le droit des peuples à disposer d’une alimentation de qualité en quantité suffisante. Il est devenu urgent de faire progresser les différents éléments qui fondent l’autonomie alimentaire, à commencer par les semences qui en sont le premier maillon.

Face à cette résistance citoyenne, les serviteurs de l’hyper puissance œuvrent à la poursuite de leur projet de domination par le moyen du libre échange mondialisé des matières premières agricoles et du dépôt de brevet sur le vivant. Ainsi, quatre grandes sociétés semencières multinationales biotechnologiques détiennent des brevets portant sur 532 gènes par lesquels elles prétendraient adapter les plantes cultivées aux effets du réchauffement climatique.

Sans relâcher leur effort, les négociateurs américains imposent à l’OMC le principe de l’équivalence en substance, dogme sans fondement scientifique qui, en permettant l’importation de produits destinés à l’alimentation humaine ou animale comportant des traces d’OGM, remet en cause l’actuelle tolérance zéro européenne.

Ces mêmes négociateurs travaillent à imposer l’évaluation des OGM par des agences scientifiques dans le but de neutraliser un arbitrage politique qui risquerait de répondre aux aspirations des paysans et des peuples.

Usant de leur puissance pour s’imposer en agriculture comme dans les services, l’Europe et les Etats-Unis, dépassant le pseudo multilatéralisme si malmené par l’OMC, obligent les pays plus faibles à signer les Accords de Libre Echange bilatéraux(ALE).

Face à ce contexte menaçant, les résistances solidaires et coordonnées, doivent, encore et toujours, se multiplier.

Merci à William Engdahl. Par son apport, il nous aide à mieux comprendre les enjeux géopolitiques de notre temps. Il nous engage à relever la tête, à refuser la servitude volontaire.

Il n’y a de combats perdus que ceux que nous ne menons pas. – caractères gras ajoutés

Références de l’ouvrage

OGM – Semences de destruction de William Engdahl – Editeur :Jean-Cyrille Godefroy – Parution : 06/10/2008 – 304 pages (ISBN 978-2865532049)

Au sommaire :
- Les débuts politiques
- Le plan Rockefeller
- La création de l’industrie agroalimentaire
- Diffuser les semences OGM
- Le contrôle démographique

Creative Commons License

À propos de  William Engdahl

Frederick William Engdahl (né en 1944) est un économiste, écrivain et journaliste américain qui s’exprime sur des sujets de géopolitique, d’économie et d’énergie depuis plus de trois décennies.

Après avoir obtenu un diplôme en sciences politiques de l’Université de Princeton et passé une thèse en économie comparée à l’Université de Stockholm, il travaille comme économiste et journaliste indépendant à New York et en Europe, abordant comme sujets l’effondrement de l’Union soviétique, la crise économique asiatique, l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (le GATT pour reprendre le sigle anglais), les négociations commerciales du cycle de l’Uruguay, les politiques alimentaires de l’Union européenne, la politique du Fonds monétaire international, la question de la dette du Tiers monde, les fonds de couverture (en anglais hedge funds), et le rôle politique du commerce des dérivés (en anglais derivatives).

L’auteur collabore régulièrement à un certain nombre de publications dont Asia Times Online, Asia Inc., Nihon Keizai Shimbun (Japon), la revue Foresight, les journaux Freitan (Allemagne) et ZeitFragen (Suisse), Grant’s Investor.com, European Banker et Business Banker International. Il écrit souvent pour le Centre de recherche sur la mondialisation (en anglais Center for Research on Globalization), FinancialSense.com et 321Gold.com, entre autres sites web.

Il a participé à de nombreuses conférences internationales sur des sujets traitant de géopolitique, d’économie, d’organismes génétiquement modifiés, d’approvisonnement énergétique : Montreaux Global Investors’ Forum, Centre for Energy Policy Studies (Londres), la banque Negara Indonesia (Jakarta), la Chambre internationale de Commerce (Zagreb) et l’Institut international des études stratégiques (Moscou).

Il habite actuellement en Allemagne où il exerce des activités de conseil en matière de risque géopolitique et enseigne dans la Section économique de l’Université des sciences appliquées de Wiesbaden. (6)

Consulter son site web

***

Notes:

1. svp lire l’AVIS de non-responsabilité
2. http://lesakerfrancophone.net/ogm-aux-us-larroseur-arrose/
3. http://combat-monsanto.org/spip.php?article1066
4. Information accompagnant la vidéo https://www.youtube.com/watch?v=C7furOivN10
5. http://www.criigen.org/communique/88/display/Republication-of-Professor-Seralinis-study-Time-to-be-responsible
6. http://fr.wikipedia.org/wiki/F._William_Engdahl

 

AVIS de non-responsabilité

 

DrBoisvert 2015
DrBoisvert 2015
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s